Enfin seule! – Noémie Armbruster

 

Août 2017, Festival International de Théâtre de Rue, Aurillac (15)

Cela faisait un moment que ce spectacle doté d’un immense talon aiguille utilisé comme trapèze m’intriguait, non pas que l’objet soit particulièrement esthétique mais je trouvais surprenant qu’une artiste de cirque puisse se jouer de et avec lui. Ayant déjà vu Noémie Armbruster dans « La femme de trop » de la compagnie Marcel et ses drôles de femmes (spectacle que je vous conseille vivement !), je voyais régulièrement passer ces drôles de photos sur les réseaux sociaux et il s’est trouvé que ce spectacle, « Enfin seule! », passait à Aurillac au niveau de la pastille neuf, exactement là où je me trouvais le vingt-quatre août !! J’ai donc pu voir de mes propres yeux cet étrange objet en action.

Comme l’annonce le titre, il n’y a qu’un seul personnage sur scène : Martha. Martha à l’air mi naïf-mi frapadingue. Martha aux multiples amours déçues (et aux multiples enfants qui vont avec). Martha aux « cent mille volts ». Martha qui semble maîtriser parfaitement le sens du mot « poisse ». Et tel un polar bien ficelé, cette joyeuse bonne femme va tenter d’expliquer au public ses mésaventures, n’hésitant pas à le faire participer et à s’y mêler, choisissant parfois la chanson pour mieux nous raconter son histoire totalement improbable. Elle semble faite pour cela, d’ailleurs, pour raconter. Elle va dans tous les sens, elle raconte avec son corps, avec son visage surtout et réussit à nous emmener avec elle. Oui, ce spectacle donne le sourire et divertit mais, sans trop pouvoir l’expliquer, me voilà un peu déçue, un peu sur ma faim. Sans doute ai-je encore trop à l’esprit le spectacle précédent qui m’avait tant plu. Peut-être aurait-il fallu voir ce spectacle de nuit ou sous chapiteau, certains détails manqueraient-ils d’un peu de rigueur, de précision ou alors, je suis passée à côté du message caché…

Il n’en reste pas moins que j’ai passé un vrai bon moment de spectacle et que mes zygomatiques ont bien travaillé ce jour-là : N’hésitez pas à aller voir de vous-même la femme à l’escarpin géant!

(Enfin seule. Solo Noémie Armbruster. Metteure(s) en scène : Marie Elisabeth Cornet et Noémie Armbruster. 2015)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s